ThéâtreJanvier 2018Dès 12 ans55 min
Autrice du texte : Élisabeth Gonçalves

Spectacle

La migration des canards

Avec : Élisa Violette Bernard

Mise en scène : Émilie Le Roux

Assistanat mise en scène : Fanny Duchet

Conseil chorégraphique : Adéli Motchan

Création lumière : Éric Marynower

Création musicale : Théo Ceccaldi [violon], Valentin Ceccaldi [violoncelle], Roberto Negro [piano]

Scénographie : Tristan Dubois

Création vidéo : Pierre Reynard

Costumes : Laëtitia Tesson

Régie générale & plateau : Sylvain Audemard

Administration & production : Danaé Hogrel

Diffusion & médiation : Tania Douzet

Communication : Marika Gourreau

Un père, une mère, leur fille. C’est elle qui raconte, c’est l’enfant. Elle se souvient de ses parents immigrés décidés à donner à leur fille unique un destin meilleur que le leur ; elle se souvient de son père, convaincu que pour échapper à la misère et à l’ignorance, une éducation exemplaire est nécessaire. Elle a dix ans, elle aimerait juste être comme les autres, s’amuser, rêver, partir en vacances, se rendre aux anniversaires de ses amis. Son père ne veut pas. Il la surveille. Il la corrige. Pour son bien.

« La migration des canards est une ode puissante à notre capacité de résilience et d’autodétermination. En nous rendant témoins de l’histoire singulière d’une famille, ce texte interroge sur des thèmes forts : la transmission des traditions familiales, l’école, les rapports femme/homme, la pauvreté, la maltraitance. Nous sommes aux côtés de l’enfant et nous ne savons pas quel chemin elle va trouver pour grandir. Nous voulons la pousser pour qu’elle prenne son envol. Mais sous ces enjeux intimes apparaissent des enjeux plus politiques. Nous devenons aussi témoins de ce que nous pourrions nommer “l’injonction d’exemplarité” faite aux populations issues de l’immigration. Comme si, pour légitimer leur présence sur un territoire, elles ne devaient pas seulement faire bien, mais faire mieux. Comme si elles devaient opérer une mise en conformité culturelle. Mais quelle est-elle, cette culture conforme ? Pourquoi ce culte de l’identique, du semblable ? Comment grandir quand on se sent différent ? »

Émilie Le Roux